• Aporia Culture

[EXIL #3] Lecture-rencontre avec Louise Desbrusses

Dans le cadre de la saison Automne 2021, Pingpong le Toit accueille l'autrice et artiste de performance Louise Desbrusses.

LES DE-FILEUSES


Vendredi 15 octobre > Pingpong le Toit

14h-21h : Projection d'In extenso, dernier film de Louise Desbrusses (toutes les heures)

19h : Performance-lecture d'extraits écrits en résidence, suivie d'une discussion animée par Emmanuel Adely, projection photos d'Isis Olivier.

Vente de livres par la librairie Syllabes, dédicaces possibles de Louise Desbrusses et Emmanuel Adely.

Sortie de résidence de l'autrice et artiste Louise Desbrusses, accueillie à la Filature du Mazel de Notre-Dame de la Rouvière pour Les dé-fileuses. Ce texte, en cours d'écriture, invite dans ses lignes les femmes des filatures il y a 100 ans et leurs luttes, et ces femmes aujourd'hui, dans d'autres usines textiles, d'autres pays. Il fait se croiser les femmes qui cousent et celles qui portent les vêtements que les premières ont cousu. Il convoque nos rêves et nos peurs liés aux apparences et jette la lumière sur l'exploitation et la destruction que les paillettes masquent mal. Bref, il dé-file.


Il y a vingt ans, Louise Desbrusses a trouvé, dans un village des Hautes-Cévennes, une carte postale sur laquelle était reproduit un "Règlement des fileuses logées". Un règlement pour des esclaves ou des délinquantes plus que pour des ouvrières. Elle l'a gardé. Longtemps.

Ça commence souvent comme ça un projet, une graine semée et qui dort, et un jour germe. Ce jour-là, c'est en 2014, dans une filature en travaux, à Lasalle. La filature Vernet. Elle est venue pour un portrait qu'on lui demande, avec Isis Olivier, artiste elle aussi, derrière l'objectif. Soudain, tout bascule. Oubliée la séance de pose. Louise Desbrusses se lance dans une performance improvisée, une danse, un rituel spontané pour se désenvoûter de l'emprise sur les corps féminins, les corps dressés, le "corps-ouvrière" : un dé-filé.


"Les dé-fileuses" sont nées, et deviennent un projet d'écriture et de performance. Il entre aujourd'hui dans une nouvelle étape grâce à l'invitation en résidence de la Filature du Mazel avec le soutien d'Occitanie Livre et Lecture. Le texte que l'autrice souhaite d'écrire, pendant ces cinq semaines sur place, n'est pas, selon ses mots « un récit, une fiction, un document, un poème, un essai. Ou plutôt il est tout cela. » Il sera fait de plusieurs fils tissés, chaîne et trame, histoires se croisant.

Les dé-fileuses, projet de Louise Desbrusses, autrice et artiste de performance, invitée en résidence à la Filature du Mazel, a reçu le soutien d'Occitanie Livre et Lecture. Du 13 septembre au 16 octobre 2021, elle sera présente sur le territoire pour l'écriture de son texte, et rencontrer les habitant•es autour de la Filature du Mazel.


Elle vient à Millau faire état de son travail d'écriture à la fin de sa résidence, comme un écho à d'autres fileuses-couturières que sont les gantières. Elle lira des extraits de ce texte et une discussion sera animée par l'auteur Emmanuel Adely autour de ce projet, et plus largement sur la place du monde du travail qui revient dans ses créations (L'argent, l'urgence, publié chez P.O.L, se déroule dans une grande entreprise) ainsi que sur l'impact des crises sanitaire et climatique sur la création.


En partenariat avec la Filature du Mazel, la VRAC, Occitanie Livre & Lecture. Vente de livres avec la librairie Syllabes.

Louise Desbrusses reviendra à Millau le 26 novembre 2021 et le 6 février 2022 à l'initiative de la VRAC pour une exposition intitulée Etat de siège.


A Pingpong le Toit

Toit de la Maison des entreprises

4, rue de la Mégisserie

12100 Millau

>https://pingpong-cowork.com/


Louise Desbrusses

Louise Desbrusses est écrivaine, vidéaste et artiste de performance. Dans ses créations, elle explore les intervalles entre des états, des moments, l'entre-deux. C'est ceci et c'est aussi cela, et c'est encore autre chose. Et. Car l'expérience de la vie est multivoque, équivoque, organique et qu'il s'agit de cela : de l'expérience de vivre que l'autrice met en mots depuis son premier roman, très remarqué, L'argent, l'urgence chez P.O.L (2006) suivi par Couronnes Boucliers Armures (P.O.L, 2007), mention spéciale du Prix Wepler Fondation-La-Poste.

A Berlin, où elle vit de 2007 à 2011 l'écrivaine s'engage dans la performance avec Réel est Dieu, puis Le Cœur rectifié. En 2012 elle adapte et danse I think not, solo de la chorégraphe américaine Deborah Hay pour le Festival Concordan(s)es puis, écrit et chorégraphie Le corps est-il soluble dans l'écrit? conférence dansée, créé au Phénix-scène nationale de Valenciennes en 2013, dansé notamment au Théâtre de la Vignette à Montpellier (2015), paru (livre & DVD) chez Principe d'Incertitude (2018). Tout en se formant aux côtés d'Anna Halprin, au sein de l'institut Tamalpa (USA) dont elle est désormais professeure associée, elle publie textes courts, photos, poésies, essais et créée des performances.

La dernière, In extenso (poésie, performance, vidéo, danse : Louise Desbrusses / musique : Louis-Michel Marion) créée à Dunkerque fin 2019 avec le soutien de la Région Hauts-de-France est aussi une installation vidéo (en sélection dans le programme officiel des Transphotographiques, à Lille, cette année). Pendant les confinements, Louise Desbrusses a créé et animé plusieurs projet participatif : couvre-feu/partitions, diffusé sur le site d'artistes myowndocumenta.art en octobre 2020, puis Prendre position, projet participatif de vidéo danse qui reprendra cet automne avec un nouvel appel à participer.


Bibliographie de Louise Desbrusses :

L'argent, l'urgence, éd. POL, 2006.

Couronnes boucliers armures, éd. POL, 2007.

Toute tentative d'autobiographie serait vaine, éd. Lansman, 2010.

Le corps est-il soluble dans l'écrit ?, éd. Principe d'incertitude, 2018.

Légende photos : Les dé-fileuses, in situ à la filature Vernet (Lasalle) - performance Louise Desbrusses - photo Isis Olivier.

EXIL 2021 est une saison culturelle proposée par Aporia Culture, Pingpong, le Théâtre de la Maison du Peuple, le cinéma de Millau et Grands Causses Cinéma. Avec le soutien de la SAIF, la Copie privée, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et l'accueil de la Communauté de Communes Millau Grands Causses. En partenariat avec E2 Communication, la librairie Syllabes, la Filature du Mazel, la VRAC et Occitanie Livre & Lecture.


>Toute la programmation d'EXIL 2021