• Aporia Culture

Portrait de lecteur #2


Dans le cadre de Partir en livre 2021, Aporia Culture a donné la parole à des lectrices et des lecteurs de son beau village aveyronnais Saint-Beauzély un jour de grand soleil.

Flore Cutuli de Vue d'ici a récolté ces portraits sensibles sous l'œil de Sylvie Hannoyer.


Dans le Sud Aveyron, un petit village milite pour que petits et grands se retrouvent autour d’un objet essentiel, le livre !

Dans le village de Saint-Beauzély, 600 habitants, réside la présidente de l’Association Aporia Culture. Céline organise des goûters-lecture, une première graine semée dans l’imaginaire des enfants afin de leur donner goût à la lecture et au partage. Dans cette folle aventure, les parents, les aînés, les villageois, la mairie, ont joyeusement embarqué.


David et sa fille Iris, lecteurs de Saint-Beauzély


« Nous allons beaucoup à la bibliothèque et aimons acheter des livres en librairie »


Toutes les semaines ou tous les quinze jours, direction la bibliothèque pour prendre une vingtaine de livres afin de rassasier cette famille de lecteurs. Les enfants sont le reflet des parents, ce qui explique certainement le goût d’Iris -2,5 ans- pour la lecture qui lit déjà cinq livres en journée et trois avant de se coucher !


« Pour moi, la lecture est essentielle et je la partage en couple, avec mes enfants, mes amis »


La médiathèque départementale de l’Aveyron permet d’avoir accès à un plus grand catalogue de livres, et sinon direction la librairie Syllabes de Millau pour d’autres livres qui l’intéressent. David et sa femme ont chez eux une très grande bibliothèque et comme pour eux la lecture ça se partage, les livres sont tamponnés pour pouvoir être prêtés. Le goût de la lecture, la culture, la connaissance, la découverte passent par des moments de discussions entre lecteurs.


« En général, je lis un documentaire, un roman et des bandes dessinées en même temps »


À chaque lecteur, sa vitesse de lecture et le temps qu’il peut y consacrer. À chaque période de la vie ses goûts et ses besoins. David aime alterner entre les styles : les romans et les documentaires sont plus longs à déguster.


« Les livres sont plus pérennes que les séries télévisées »


Dans sa bibliothèque se trouvent également beaucoup de livres féministes qui lui semblent pertinents d’avoir afin de pouvoir se documenter et transmettre le fruit de ses découvertes à ses enfants ou à ses neveux dans quelques années. La lecture et les livres sont des piliers de l’éducation selon lui et marquent un sillon profond pour l’avenir des enfants devenus adultes.